Où plonger sur la Grande Barrière de Corail

 

Je ne m’imaginais pas aller en Australie sans découvrir et plonger sur la Grande Barrière de Corail. Un immense écosystème si riche et si merveilleux ne peut se louper et il était impensable pour moi de me contenter d’y goûter quelques heures. J’ai donc décidé d’hara kiriser mon compte en banque et d’embarquer trois jours pour une excursion de plongée sur le plus grand récif du monde.

Les détails pratiques comme savoir où plonger sur la grande barrière de corail ou quelle croisière choisir sont longuement abordés en deuxième partie d’article . Place tout d’abord à l’émerveillement pour un court moment agrémenté de photos (un peu moches car sans éclairage… rassurez-vous, en vrai c’est bien plus coloré !).

Photo: Pro Dive Cairns

Plonger sur la Grande Barrière de Corail…

J’ai choisi la compagnie Pro Dive Cairns, avec laquelle j’ai passé 3 jours sur l’océan.

 

Les 3 journées à bord du bateau sont très semblables et rythmées. La première compte 3 plongées tandis que les deux autres journées comptent 4 plongées chacun. Le premier et le deuxième jour se terminent par une plongée de nuit. En Australie, comme dans tous les pays où le PADI fait loi, les plongées sont très souvent non guidées. C’est-à-dire qu’avant chaque session, un des instructeurs fait une description du site sur lequel la plongée se déroule à base d’indications en degrés et en s’aidant de la forme des patates de corail (vous passez le boomie en forme de casque de Dark Vador puis vous le longez sur la droite jusqu’à un autre boomie à la base de laquelle il y a des poissons clowns par exemple). Ce n’est pas forcément évident et en tant que plongeur amateur et moyennement expérimenté, j’ai passé beaucoup de temps à me préoccuper de l’orientation et de mon niveau d’air plutôt que de prendre mon temps pour regarder la faune.

J’en ai quand même pris plein les yeux avec des coraux variés et colorés, particulièrement sur le dernier site peu profond où chaque vague peut vous entraîner sur les coraux et les endommager. Les sites plus profonds sont aussi agréables avec des visibilités très correctes (sans être aussi exceptionnelles que certains sites de la mer de Corail) malgré la présence d’un cyclone sur la côte australienne à ce moment-là (qui remuaient juste un peu les fonds sans empêcher les excursions de plongée).

Les sites visités pendant la « croisière » sont de plus ou moins gros récifs posés sur des fonds sableux. Les poissons sont très nombreux (sans foisonner autant que dans un aquarium) et même si on en voit sur le sol, les coraux morts ne forment pas des couches de branches blanchies comme sur certaines images de la Grande Barrière de Corail. En effet, ce grand récif est en déclin et certains grands amateurs ne jurent que par les sites au-delà de la Grande Barrière en elle-même et en Asie (Indonésie notamment).


Personnellement, je n’ai pas encore rencontré de site de plongée arrivant à la cheville de ceux-là (j’ai depuis plongé en Nouvelle-Calédonie –même si pas sur les meilleurs sites- et au Vanuatu). Pas une plongée sans voir une tortue, qui monte ou redescend de la surface pour respirer, qui broute ou bat majestueusement des nageoires dans le grand bleu. Je n’avais pas encore l’œil très aiguisé mais je n’ai pas vu d’espèces particulièrement remarquables au-delà des grands classiques, ne vous méprenez pas sur mon plaisir à les observer, comme différentes espèces de poissons chirurgiens, des poissons perroquets, des labres, des balistes, des poissons clowns et leurs anémones, des gobies, des bénitiers (mes pref !) etc. Certains snorkelers ont vu une murène ce qui montre que parfois il n’est pas plus intéressant de plonger que d’y aller avec masque et tuba ! Parmi les poissons remarquables, j’ai vu un très gros poisson napoléon. Quant aux requins, ils se sont faits plus rares, j’aurais pourtant tant aimé en voir de plus près. La deuxième fois que j’en ai vu un, j’étais au fond, à 18m et lui se trouvait juste sous la surface de l’eau. Lever la tête et voir cette nage si caractéristique m’a remplie d’excitation et d’anticipation pour les plongées de nuit, royaume des prédateurs.

Celles-ci ce sont pourtant avérées décevantes. La première ne fut pas une nuit à requin et nous avons simplement nagé en compagnie de grosses carangues qui utilisaient les faisceaux de nos torches pour chasser les poissons cachés par l’obscurité. La deuxième fut aussi mitigée car malgré les nombreux requins tournants autour du bateau à la nuit tombée, le troisième membre de notre trio était si dissipé qu’il a gâché la plongée. Nous aurions dû nous accrocher à la barre qui pend sous le bateau pour regarder les requins nous tourner autour mais désabusées nous sommes juste remontées à bord et nous avons changé de trio pour les plongées du lendemain. Pourtant la vue de ces requins juste sous l’eau rendue verte par l’alliance de la nuit et des éclairages du bateau, était très attirante même si un peu effrayante (l’un étant partie de l’autre !). Nous avons tout de même vu un gros requin nourrice posé sous le plot d’ancrage et une énorme tortue mâle, connu pour être un habitué des lieux. Les plongeurs l’observent habituellement endormi, mais après avoir fait l’expérience de la plongée de nuit, je me demande comment quiconque peut discerner une tortue verte dans ces anfractuosités remplies d’ombres et dont nos torches ne font qu’accentuer les reliefs. Voir un tel mastodonte dans la nuit fut très impressionnant et même si la plupart de ces animaux sont inoffensifs, n’importe quel gros animal sous l’eau implique de grands sentiments, de l’émerveillement à la terreur contenue.

Si vous voulez les situer sur la carte, les sites où nous avons plongé avec ProDive sont autour des récifs Flynn, Thetford, Milln et Pellowe.

Quelle excursion choisir pour plonger sur la Grande Barrière de Corail ?

L’aventure commence à Cairns, ville du nord est australien, un front de mer relativement agréable, des avenues tracées à l’américaine et surtout, surtout, au large, les lagons saupoudrées de récifs de la grande barrière. Beaucoup de tours partent à la journée sur les récifs de corail les plus proches mais, pour ma part, j’ai rendez-vous au lever du jour pour un « liveboard » de 3 jours au-delà de la frontière intérieure de la barrière. C’est là que se situent les plus beaux sites de plongée et de snorkeling. Le summum n’étant accessible qu’avec des excursions plus longues dans la mer de corail. Au demeurant, pour mes premières vraies plongées, les récifs extérieurs prévus au programme devaient m’en mettre plein les yeux. Les plongeurs aguerris pourront eux, casser la tirelire et vendre un rein pour visiter des sites splendides plus éloignés comme le très connu trou aux mérous.

 

Quel récif choisir pour plonger ou faire du snorkeling sur la Grande Barrière de Corail.

Les choix de tours à la journée au départ de Cairns semblent tous se valoir et sont probablement assez égaux les uns par rapport aux autres. Cependant, certains sont inintéressants pour les snorkelers ou les plongeurs (à cause de la profondeur, trop faible ou trop grande), d’autres sont couplés à des expériences insulaires, le choix est vaste. Si vous souhaitez réduire l’effet de tourisme de masse, évitez les spots où est installée une plateforme, ils attirent les familles. Au contraire, si c’est ce que vous recherchez ils permettent d’apporter un peu de confort à des excursions avec enfants parfois un peu désagréables entre mal de mer, affaires mouillées et coups de soleil.

J’avais trouvé un site en anglais qui décrivait les nombreux spots assez exhaustivement, il m’a aidée pour choisir où plonger sur la Grande Barrière de Corail. Malheureusement je n’arrive plus à le trouver… A la place, j’ai trouvé celui-ci qui récapitule les récifs et les îles avec de bonnes descriptions qui pourront vous aider vous aussi dans le choix corneliens du récif sur lequel plonger (Island Guide & What Reef Is Best For Me ?).

Quelle croisière choisir pour 3 jours sur la Grande Barrière de Corail 

Pour les excursions de 3 jours sur la Grande Barrière, il a plusieurs choix d’itinéraires mais je dirais que la qualité des plongées se vaut globalement. Il y a cependant plusieurs points auxquels faire attention pour les budgets moyens pour lesquels cela se joue à quelques dizaines de dollars près. Par exemple, vérifiez si la location du matériel de plongée et surtout les combinaisons, masques et palmes, sont inclus dans le prix. La nourriture peut également être en sus mais plus rarement. Une taxe de 80AUD est également parfois incluse ou exclue.
L’excursion que j’ai choisie se fait à bord des bateaux Scubapro (I,II et III selon le jour du départ) et se situe plutôt dans l’entrée de gamme avec 3 jours pour 500€ (location de tout le matériel, la nourriture inclue mais avec la certification déjà passée). Le rapport qualité prix est bon sans être exceptionnel. Tous les participants ont trouvé la nourriture in-cro-ya-ble mais je vous avoue, même si j’ai presque honte d’être autant française, je l’ai juste trouvée normale. La moyenne d’âge des participants montre que ce n’est pas une croisière de luxe même si elle reste chère. Les cabines sont des petits cagibis partagés, les espaces de douche sont aussi ceux des WC et les moquettes et peintures sont défraichies. Si vous cherchez le luxe, il faudra prendre des excursions un peu plus chères. Il y a également la possibilité de louer un appareil photo sous-marin si vous n’avez pas d’étui. Je pense que toutes les compagnies offrent ce service pour lequel il n’y avait pas besoin de réserver en avance, mais autant être prudent et s’en assurer si vous comptez dessus et partez avec une autre compagnie. Il y a aussi plein d’endroit où louer des appareils photos équipés pour descendre en plongée mais aussi des gopro et un tas de gadgets waterproof ou flottants.

La liste très complète se trouve sur ce site qui répertorie aussi les croisières de 5 et 7 jours à plus de 1500€ sur des sites proches de ceux que j’ai visité ou sur les sites exceptionnels plus lointains de la mer de Corail. L’opérateur pour la Coral Sea le plus recommandé est Mike Ball, ce n’est pas donné mais ça a vraiment l’air d’être une des plus belles expériences et le meilleur site où plonger sur la Grande Barrière de Corail.

Passer sa certification sur la Grande Barrière de Corail

Il y a de très nombreuses manières de passer son PADI à Cairns, que ce soit à partir de la terre ferme ou bien au cours d’une croisière comme celle que j’ai faite. Durant celle-ci, certains passagers passaient leur OW, un niveau supérieur ou une spécialisation. Personnellement, je ne vous conseille pas d’avoir vos premières expériences de plongée directement sur un bateau au large. Il y a à cela plusieurs raisons. La première étant que le mal de mer peut gâcher l’expérience et empêcher le passage du niveau même si la prise régulière de cachets contre le mal de mer est très efficace. La deuxième raison est la principale car une grande partie des plongées à bord sera consacrée au passage des examens obligatoires. L’Open Water comporte plusieurs plongées obligatoires et des exercices pendant chacun d’eux ce qui implique que vous ne pourrez pas vraiment déambuler autour des patates de corail pour profiter du site. En plus des exercices, vous seriez plus préoccupés par la surveillance de vos paramètres que par l’observation extatiques des tortues et branches de corail. Le prix n’est d’ailleurs pas souvent moins cher, donc si vous pouvez vous organiser ainsi, passez le niveau avant pour profiter au maximum de l’expérience sauf si vous vous satisfaites de 2 ou 3 plongées en autonomie sur la Grande Barrière de Corail (sur un total d’une dizaine au cours des 3 jours).
Par ailleurs, on peut penser que 11 plongées pendant 3 jours est un peu intensif et donc penser que l’option de PADI et de quelques plongées de plaisir est une bonne alternative. C’est en effet intensif, mais ce n’est pas avec un plaisir moins grand qu’on s’équipe à chaque fois ! Chaque plongée apporte son lot de découvertes. J’ai fait chacune avec plaisir même si je comprends que faire le PADI et quelques plongées sur des spots de qualité de la Grande Barrière avec 300€ d’économies est séduisant.

 

Pensez, si vous n’êtes pas encore plongeur et voulez réserver une excursion, qu’il faut attendre au moins 24h avant de prendre un avion après avoir plongé !

 

POUR CONTINUER DE VOYAGER EN PHOTOS, LE COMPTE INSTAGRAM EST LÀ POUR ÇA !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.