Flâner (sans peur) à Istanbul10 minutes de lecture

Istanbul, la légendaire Constantinople est située aux portes de l’Asie et mélange les influences orientales et occidentales. Ses rues pavées, ses mosquées et son ambiance ne manqueront pas de vous charmer…

 

Organisé comme une surprise, je me suis envolée pour Istanbul alors que quelques minutes avant je n’imaginais pas une seconde me rendre en Turquie. J’ai encore du mal à y croire. Rien que pour cette sensation inédite je vous recommande de faire une telle surprise à vos proches.

La Turquie est le premier pays musulman que j’ai visité, le dépaysement était donc total à peine à 3h de vol de la France. Mais de la Turquie je n’ai vu qu’Istanbul. Pourtant, durant les 5 jours passés dans cette ville j’ai été complètement séduite. Pour ne rien gâcher, le niveau de vie est inférieur à celui en France. La lyre turque vaut 33 centimes d’euros (il faut x10 et /3 les prix affichés).

3 quartiers aux influences différentes

Quartier européen

En venant à Istanbul, chaussez des chaussures confortables puisque vous passerez probablement votre séjour à crapahuter de quartier en quartier. Les chaussures glissantes ou à talons vous poseront problème puisque les ruelles peuvent être très très pentues ! Dans le quartier dit européen (Karakoy, Beyoglu), la zone entre le pont et la tour de Galata et la place Taksim autour de la rue commerçante Istikal (sur laquelle passe un vieux tramway) est à explorer et regorge de restaurants (on en parle dans un article à venir).

 VUE SUR LE QUARTIER EUROPÉEN ET LA TOUR DE GALATA

 

rue commerçante quartier européen istanbul

RUE COMMERÇANTE ISTIKAL

 

 

La rue Galip Dede Cd est bordée de nombreux magasins plus ou moins touristiques, nous y passions tous les jours pour rentrer à notre chambre et avons fini pas beaucoup apprécier son charme. Ce quartier est plutôt « hipster » avec beaucoup de magasins de musique, de restaurants, bars et magasins tagués et conceptuels.

 

BARS DU QUARTIER EEUROPÉEN
 Quartier ottoman

La rive Ottomane, qui rassemble la majorité des monuments d’Istanbul, est plus touristique, notamment la place Sultanahmet où Sainte Sophie et la Mosquée bleue se font face. C’est cependant un vrai incontournable. On peut facilement pousser dans des ruelles bien plus typiques que le quartier touristique en poussant au sud/sud-ouest de Sultanahmet vers la mer.

sainte sophie nuit istanbul

HAYA SOFIA – SAINTE SOPHIE DE NUIT

 

QUARTIER POPULAIRE AU SUD DE SULTANAHMET

 

Le Grand Bazar, le bazar égyptien et les mosquées de Souleymane et de Rustem Pasa (populaire)  sont les autres incontournables de ce quartier. Autant la mosquée Souleymane m’a vraiment subjuguée, autant le Grand Bazar ne m’a pas plus emballée que ça. Il n’y avait pas le monde qu’on attend dans ce genre d’endroit, le bazar est couvert et briqué ce qui n’est pas non plus l’idée que je m’en faisais et on retrouve le même genre de produits touristiques que partout et même entre les nombreuses échoppes du Grand Bazar. Même si le bazar égyptien possède les même travers, il est plus sympathique (dans sa partie non couverte) puisque les turques viennent y acheter toute sorte de choses comme des caleçons, chemises, manteaux en faux cuir et articles de foire comme des ustensiles de cuisine ou des rasoirs. C’est dans ce bazar que je me suis fournie en épices (voir article consacré à la nourriture turque à venir).

vue bosphore mosquée soulemane istanbul

VUE DE LA MOSQUÉE SOULEMANE

 

BAZAR ÉGYPTIEN

 

Quartier asiatique

La rive asiatique est pratiquement vierge de tout touriste, c’est là-bas qu’on se rend compte que les turques ne sont majoritairement pas voilées et que toutes les femmes que l’on a pu croiser sur la rive ottomane sont issues du tourisme du Moyen-Orient, très développé en ce moment (selon notre hôte). L’atmosphère ne me semble pas particulièrement différente ni asiatique (quoique je ne m’y connaisse pas encore vraiment !), mais c’est sûr que l’on se sent plus dans le quotidien des stambouliotes. Il y a, comme sur la rive ottomane, de nombreuses mosquées, les rues sont plus colorées et européennes que le quartier au nom « européen » (qui le doit à son architecture classique plus que par sa ressemblance avec l’Europe actuelle je pense) ! Nous avons passé moins de temps sur cette rive mais c’est définitivement celle qui ressemble le plus à une ville d’Europe actuelle.

 

IMMEUBLES DE LA RIVE ASIATIQUE

KARAKOY SUR LA RIVE ASIATIQUE

 

Fait surprenant et très mignon, partout sont présents des chats, crèmes, marrons et tigrés, ils affichent tous un joli poil et un gros bidon. Ils n’appartiennent à personne et à tous à la fois. Les pêcheurs du port de Kadikoy leur donnent volontiers de petits poissons et les rues sont saupoudrées de croquettes par les habitants. Les chiens errants ont droit au même régime et même si vous en croiserez probablement, ils ne sont pas agressifs comme on pourrait le craindre.

CHIENT ET CHAT ERRANTS DÉTENDUS

 Prenez de la hauteur

 

Une caractéristique d’Istanbul est le nombre de restaurants et bars qui ont pris possession des toits. Les rooftops offrent des vues incroyables sur la ville notamment au coucher du soleil. On peut également l’observer sur le pont de Galata parmi les pêcheurs. Mais la vue des rooftops permet d’englober la vue sur les trois rives et, dès que la nuit tombe, de contempler les mosquées illuminées qui dardent leurs minarets dans la nuit.

PÉCHEURS SUR LE PONT DE GALATA

 

COUCHER DE SOLEIL DU PONT DE GALATA
 

Se balader au pied de Sainte Sophie pendant la nuit est également enchanteur. La mosquée bleue ne semble, quant à elle, pas tout le temps illuminée.

Pour une belle vue sur la ville, quoiqu’un peu bondée, vous pouvez payer l’entrée et monter au sommet de la Galata Tower (7€) qui est érigée en haut d’une des sept collines sur lesquelles est établie Istanbul (un peu cher alors qu’en haut de notre immeuble nous avions une belle vue panoramique sur la ville). 

vue tour galata rooftop istanbul

VUE SUR UN ROOFTOP DE LA TOUR DE LA GALATA

Les transports en commun sont vos amis à Istanbul

Les transports en communs sont très bien développés, il y a des bus (pris sur la rive asiatique), des bateaux pour relier les rives (ce n’est donc pas le propre de Venise !), des lignes de métro et de tramway.

Si vous passez plusieurs jours à Istanbul, la carte de métro Istanbulkart peut être une bonne solution, c’est, en tout cas, celle que nous avons utilisée. Il n’y a pas de forfait, on paye au trajet (et plus en cas de correspondance). Un trajet coûte normalement 4 lyres = 1,20€ (n’incluant donc pas les éventuelles correspondances) alors qu’avec la carte il revient à 2,30 lyres et 1,60 lyres en plus pour une correspondance. La carte coûte 6 lyres aux machines. Mais bon, si vous n’êtes pas renseigné au préalable, à la sortie de l’aéroport vous vous tournerez auprès de la seule personne prête à vous informer dans le coin, c’est-à-dire un monsieur qui vend et charge des cartes à la chaîne dans un petit kiosque ! Au lieu de 6, il vous les vend 8 lyres et ne vous informe pas qu’on peut parfaitement avoir une carte pour deux, trois ou quatre personnes et plus ! Il suffit de la passer au suivant pour la valider aux portiques.

Autres trucs sur l’Istanbulkart :
  • apparemment vous pouvez la rendre lorsque vous revenez pour votre vol retour.
  • lorsque vos rechargez votre carte, la machine ne prend souvent que des billets et ne rend jamais la monnaie, n’insérez donc pas un billet de 100 lyres… Préservez pour cet usage vos billets de 10 lyres par exemple.
  • on gagne au moins 1,70 à chaque trajet voire 2,40 pour un transfert en prenant cette carte, donc au bout de 3 trajets à deux c’est rentabilisé.

 

Croisière sur le Bosphore

Le Bosphore est le fleuve mythique d’Istanbul. Sur ses rives s’alignent de belles maisons typiques et certaines colonisent les collines boisées dans les baies. La ville s’étend sur une longueur impressionnante et de nombreux bateaux de plaisance mais aussi de commerce et de croisière se croisent le long de ses rives. Nous avons même vu un sous-marin ! Le meilleur moyen de découvrir le fleuve est bien sûr une croisière. Pour 12 lyres, soit 3,5€ par personne, vous passerez 1h30 sur ces eaux bleues et clair, vraiment immanquable (croisières au départ de Kadikoy et d’Eminonu). Si vous avez une petite soif vous pourrez commander auprès des vendeurs ambulants qui parcourent le pont des ferries un jus de fruits ou un thé servi partout dans le verre typique. Les ferries passent sous le pont de Galata a quelques centimètres près et les conducteurs détendus barrent leurs navires du bout du pied. Nous avions tellement aimé que nous avons tué notre dernière heure à Istanbul en un aller-retour sur la navette Kadikoy-Uskudar.

 

LES BATEAUX PASSENT A QUELQUES CENTIMETRES DU PONT MAIS LE CAPITAINE EST SANS PRESSION

 

BAIES LE LONG DU BOSPHORE

Nous n’avons pas poussé sur l’affluent du Bosphore, la Corne d’or mais il y a aussi probablement des jolies choses à découvrir.

Istanbul et le terrorisme

 

Si l’article porte l’ajout (sans peur) dans le titre c’est pour ce volet-ci, que je ne pouvais occulter. Il y a peu de touristes à Istanbul au final, pas de queues interminables ni de restaurants complets, en partie à cause du risque terroriste qui pèse sur la ville et s’est particulièrement illustré cette année et encore il y a quelques jours…

Pendant mon week-end à Istanbul, il y a eu une attaque des séparatistes kurdes sur un camion de police qui a fait 11 morts. Nos proches ont eu peur, un peu, mais nous sur place, ça a été. De façon détachée nous avons tout de même profité de notre dernière journée sur place tout en évitant de nous retrouver coincés dans les environs d’un véhicule de police. Par contre, je ne dis pas que ça aurait été pareil si l’attentat s’était déroulé juste avant que nous arrivions ou pendant les premiers jours comme c’est le cas pour les gens qui avaient prévu de partir dans quelques semaines ou envisageaient de se rendre à Istanbul dans les moins qui viennent.

 

Je n’ai remarqué aucun changement dans les habitudes des gens ou la fréquentation des lieux populaire et touristiques ce jour-ci. Les stambouliotes sont-ils si habitués à ces événements qu’ils n’ont pas d’impact sur leur quotidien ?

Lorsque j’ai appris la destination surprise, j’ai eu une instant une réflexion sur la peur que je devrais éprouver en telle situation, puis j’ai lâché prise et n’y ait plus repensé un instant jusqu’à ce tragique matin où ces policiers sont morts.

Beaucoup de blogueurs ont déjà proposé des articles sur le voyage malgré le risque terroriste suite aux attentats de Paris et de Bruxelles. Je vous invite à aller lire ceux-ci chez taxi-brousse et voyagesetc par exemple.

 

J’ai également proposé une réflexion sur le fait de voler au-dessus d’une zone de guerre.

Avec ce contenu vous serez en mesure de vous faire votre propre avis et forger vos propres convictions.

 

Autres articles sur mon voyage à Istanbul

➳ Où manger à Istanbul ? Pour découvrir à quel point je me suis rempli la panse avec plaisir durant 5 jours 😀 

A venir…

Les mosquées d’Istanbul

 

 

Envie de voir plus de photos ? Suivez le compte instagram

6 Responses

  • Petit plaisir de revivre cette destination en te lisant et découvrant tes photos ! 🙂
    Nous y étions restés 5 jours, et on aimerait bien y retourner ! Il y a tellement tellement de choses à y voir, à expérimenter, ou même juste pour y flâner…
    Et quant au risque d’attentat, des gens me demandaient aussi « mais tu n’as pas peur ? », en vrai je n’y avais même pas pensé… alors forcément, y a un risque, mais est-ce qu’on ne vit pas dans un monde où même en France, même à Londres, on peut être au mauvais endroit au mauvais moment ? ça serait dommage de se priver d’une si belle destination à cause de la peur…

    • Nous y étions également resté 5 jours. Pour ce qui est d’y retourner, le contexte n’est vraiment pas des plus favorables, mais j’aimerais beaucoup !
      Moi je n’avais pas vraiment eu le temps d’y penser puisque j’ai appris la destination à la dernière minute mais c’est vrai que c’est plus la même histoire maintenant quand même 🙁

  • J’ai adoré Istanbul. Ce ne fut que le temps d’une soirée, car nous étions en escale mais ce fut magique. Le découvrir de nuit, quelle beauté ! hate d’en découvrir plus une prochaine fois 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.