Négocier en voyage pour les nuls (ou les gênés)

Négocier en voyage, vous y arrivez ? Moi j’ai du mal… Pour m’en sortir j’ai quelques astuces à partager !

Autant je suis sans gêne pour pas mal de choses, autant négocier me pose souvent problème ! Cela sur deux aspects ; parfois les gens s’écharpent pour une somme qui correspond à quelques centimes en Europe ou en Amérique du nord mais aussi parceque je me sens incapable de négocier sans raison: ce batik me plaît beaucoup, il n’a pas de défaut, pourquoi marchander ? Très souvent, il n’y a pas vraiment de raison de faire baisser le prix donné. Pourtant les guides parlent d’un prix réel des produits qui peut être jusqu’à 4 fois inférieur au prix donné ! 

LA NÉGOCIATION LA PLUS SCANDALEUSE QUE J’AI FAITE (SANS LE VOULOIR), LA CROISIÈRE A KOMODO POUR 800.000 IDR

• Négocier ou pas ? 

 

J’ai été confrontée à la négociation pour la première fois en Bolivie puis ensuite en Indonésie cette année. Ces pays ont une culture du marchandage que certains pays n’ont pas. Dans ces derniers pays il est mal vu et pas acceptable de négocier. Par contre, beaucoup de pays au pouvoir d’achat inférieur aux pays occidentaux se prêtent au jeu de la négociation puisque les montants même gonflés sont inférieur à ce que les visiteurs ont l’habitude de payer !

Comme tout le monde je n’ai pas envie de me faire arnaquer, mais on peut arguer que se faire arnaquer de 5€ ou 10€ n’est pas un grand mal ! Cependant, si j’étais venue pour payer des prix occidentaux je n’aurais certainement pas prévu le même voyage sur la même durée ! Pour 50 centimes non, mais pour plusieurs euros, oui.

TYPIQUEMENT UN ENDROIT OU LE MARCHANDAGE SE PRATIQUE 

• Plusieurs raisons que j’invoque et qui m’aident à négocier 

 

Une fois que j’ai défini si j’ai envie de négocier ou pas, se pose le problème de la négociation en elle-même, savoir comment négocier. J’ai donc une palette d’arguments qui m’aident à négocier. Ça marche que ce soit pour acheter un produit ou un service.

> Classé par niveau de confiance en soi ^^

 

  • Faire mine de partir, si vous n’êtes pas dans un endroit au gros flux de touristes, il y a moyen que sans dire un mot le vendeur propose un prix inférieur.
  • Indiquer que vous en prenez plusieurs, si vous êtes 4 à vouloir prendre des articles du magasin ou un souvenir, ça aide !
  • Parler du fait que vous en avez déjà acheté moins cher, qu’on vous en a déjà proposé moins cher, même si ce n’est pas vrai
  • Rassembler plusieurs articles pour le même prix (dans la limite du raisonnable). « OK pour le prix mais je prends ça avec »
  • Ne pas avoir peur de répéter 15 fois les mêmes arguments, pour les avoir à l’usure ! Parler trop, être borné, être chiant, lui donner l’impression qu’il faut qu’il arrive à un accord sinon il perd trop de temps avec vous.

🙊🙈 Personnellement je n’ai jamais osé aller au delà de cette étape

 

NÉGOCIATION POUR LA LOCATION DE VOITURE A BALI = 150.000 IDR ÉCONOMISES SOIT 42€ AU LIEU DE 53€

 

  • Questionner le vendeur sur son affaire, son chien, l’enfant qui s’accroche à ses basque ; tout est prétexte à faire la conversation et à ce que le vendeur vous prenne moins pour un porte-monnaie ambulant !
  • Dans la même veine, être très amical. Les locaux ne s’en privent pas à coup de « my friend » et de main sur la poitrine.
  • Si vous êtes à l’aise, vous pouvez aussi carrément aborder le problème en annonçant que vous souhaitez un prix réduit et l’annoncer en divisant le prix par 4 (en Asie et par 2 ou moins en Amérique du sud) le plus naturellement du monde. Votre interlocuteur vous rira au nez et vous pourrez alors augmenter votre prix sans atteindre (et de loin !) le prix annoncé et faire mine de vous détourner lorsque l’offre sera refusée. Il est alors probable que le vendeur fasse une offre entre votre prix et le prix de base.
  • Dénigrer le produit même si ce n’est pas vrai ; la qualité d’un tissu, la grosseur d’un bibelot, le nombre de plumes ou peu importe ce que vous trouvez. Pour une prestation; la qualité du 4X4, le sac de couchage non inclus, le guide qui ne parle pas anglais…Tout en étant très poli, vous n’avez pas envie de passer une mauvaise excursion après !
  • Agrémenter votre négociation d’un peu de théâtre: au prix annoncé faire l’abasourdi ou éclater de rire.

AU MACHU PICCHU POUR NÉGOCIER AUTANT S’ADRESSER A UN MUR

• Autres trucs 

 

En plus de savoir comment négocier en pratique, il faut être attentif et au fait de certaines choses.

  • Même si vous avez affaire à une personne super sympa et tout ce qu’il y a de plus arrangeante, elle peut essayer de vous proposer des prix excessifs, c’est une stratégie que je proposais en parlant d’être amical.
  • Ce qu’il est primordial de savoir avant d’acheter un objet ou un service est le prix du dit produit. Impossible de savoir quel prix accepter sans cela. Si vous ne connaissez pas le prix, laissez le vendeur donner le 1er le prix et dans la plupart des pays asiatiques vous pouvez réduire de moitié le prix annoncé au moins !
  • Par rapport aux prix, tout n’est pas à jour sur le net, il vaut mieux faire ses emplettes en milieu à fin de séjour pour être au fait des prix et voir aussi ce qui vous plaît. Pour les excursions, les prix sont souvent disponibles.
  • Ne pas avoir trop besoin du service/ de l’objet. Puisque si vous quittez la boutique pour faire flancher le vendeur et qu’il ne vous interpelle pas pour baisser son prix, c’est perdu !
  • Avec la pratique on arrive de plus en plus facilement à savoir si le prix peut être revu à la baisse ou si au contraire on propose un prix qui ne pourra jamais être accepté par le vendeur car trop bas.

Vous aussi vous êtes gênés pour négocier ?

A bientôt

Lauriane

Comments: 13

  1. Ah ah super article ! Et c’est tellement ça. Luc est super doué pour négocier, en Inde je crois que c’est là qu’il m’a le plus épaté ! Je veux une tunique, le vendeur nous donne un prix, au final j’en ai eu 5 pour ce prix là !
    Mais c’est vrai qu’il faut oser et puis en général on retrouve le même type de marchandise un peu partout donc si ça ne prend pas avec un marchand ça ira avec un autre. Et puis en général ils nous rattrapent vite quand ils voient qu’on part chez le voisin 😉

    • Lauriane says:

      Et bah ! Je veux bien prendre des cours auprès de lui ^^ C’est ce que je me dis, si on n’a pas absolument besoin de cet article précis, on trouve toujours le même autre part, et là on tient notre chance pour une nouvelle tentative de négociation !

  2. Moi aussi, je suis nulle quand je dois négocier les prix, j’ai l’impression d’être méchante avec les commerçants… J’ai beaucoup de mal ! Alors en général, la seule chose que je fais c’est que je m’en vais et s’il me propose un nouveau prix, je réfléchis.

    • Lauriane says:

      Trop dur 🙁 Comme toi au début je me suis mise à « négocier » sans le savoir en partant quand je trouvais le prix trop cher… puis qu’on me le proposait de nouveau avec un prix réduit !

  3. Je l’étais avant d’aller en Inde, mais avec la pratique, j’y arrivais mieux, surtout en sachant que c’était impoli de ne pas le faire. D’ailleurs j’ai écrit un article-guide sur l’Inde qui abordait le sujet de la négociation, et un de mes trucs c’était de dire « It’s the tourist price » : en gros tu sais très bien qu’il essaie d’arnaquer les touristes, mais que toi t’es local donc on te la fait pas à toi 😀 bon, ça marchait surtout quand je connaissais le prix normal, c’est à dire après quelques semaines !

    • Lauriane says:

      Je crois qu’il n’y a pas de miracle, la pratique, comme tu dis, nous rend moins timide. Moi aussi tiens j’utilise cette technique ! Mais j’ai souvent l’impression qu’ils ne sont pas convaincus qu’on a pas pour autant un porte feuille très bien rempli 🙂 Et tu as bien raison, il ne faut vraiment pas faire ses emplettes au tout début !

  4. Plutôt complet ton article dis-moi ! Tu dois quand même bien te débrouiller avec toutes ces techniques !
    Pour ma part, la négociation peut m’amuser comme pas du tout. Cela dépend… La seule fois en revanche où j’ai été décontenancée est à Marrakech, dans les souk. Certains n’ont même pas voulu discuter avec moi mais avec mon mari « assieds-toi là la gazelle… » énoooorme ! J’étais vexée tu n’imagines même pas ;))

    • Lauriane says:

      Merci ! Et du coup comme je le signalais, j’ose pas faire tout ce que je propose même si c’est possible avec un peu de culot ^^ J’ai trop du mal à y prendre du plaisir personnellement mais bon c’est souvent moi qui doit m’en charger (mon copain n’est pas trop dans le délire ^^ »), donc voilà à Marrakech on est mal barrés >< Je peux carrément comprendre que tu aies été vexée, ça m'en aurait tellement bouché un coin à ta place ><

  5. C’est très intéressant ! Moi je suis nulle à ça, j’ai tendance à fuir direct et à laisser tomber, j’ai horreur de ça en fait, j’avoue que ça me pourrit un peu un voyage quand il faut marchander tout le temps. Je vais essayer de me souvenir de tes trucs, article utile, merci 🙂

    • Lauriane says:

      Je suis tellement d’accord… ça m’a usée ! Mais bon je suis pas Crésus, alors j’essaye de pas payer 4 fois le prix à chaque fois ^^

  6. anais says:

    Hello,

    Article super sympa, le thème change et c’est vrai qu’on y est pas mal confronté en voyage!! On vient de passer un mois au Vietnam et notre technique (après s’être fait arnaqué plusieurs fois) c’est quand il donne le prix on demande directement la moitié comme ça on remonte petit à petit et en général on s’en sort plutôt pas mal ! Chacun sa technique 😉

    Bonne continuation

    Anaïs et Alberto

    • Lauriane says:

      Merci Anaïs 🙂 C’est une bonne technique que la votre ! Tranquille et sans stress ^^ Au plaisir !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.