Où manger à Istanbul ?

Qu’est-ce qu’on mange bien à Istanbul …! Passée la peur de l’indigestion de mouton, on se régale de glaces, de loukoums et de poisson grillé sans oublier de tester un brunch turc. Alors où manger à Istanbul pour goûter à tous ces mets ?

Douceurs et tradition

On part sur mon meilleur souvenir culinaire d’Istanbul; les brunchs turcs ! Un mélange de sucré salé à ne pas rater si vous êtes gourmands, sous aucun prétexte ! Pâtes à la cacahuète, confitures et fruits confits, fruits frais, olives, pains turcs, fromages, tsatskiki, chocolat, beignets salés, tomates séchées, miel etc. Sensationnel !

 

brunch-arada-cafe-istanbul

LE BRUNCH DU CAFE ARADA (EN HAUT A DROIT AU VAN CAFE)

 

On a testé deux restaurant à brunch, l’un par hasard puisqu’il était à deux pas de notre logement, l’autre parceque recommandé. Le premier: Arada cafe était vraiment génial et le deuxième souffrait de la comparaison et, sans être nul, se reposait sur ses lauriers (bonne note sur google pour le Van Cafe). Il faut aussi dire que le cadre de l’Arada cafe est très mignon et qu’il pleuvait lorsqu’on est allés manger au Van. 

arada-cafe-terrasse

TERRASSE EN ÉTAGE A L’ARADA CAFE

 

Une autre attraction sucrée à Istanbul est la vente (bruyante) de glaces. Une cloche au dessus du stand est secouée bruyamment pour accrocher l’attention d’un passant dont le regard s’égare sur le stand. En commandant une glace, on a la surprise d’assister à un véritable show de la part du vendeur qui nous sert du bout de sa longue cuillère, ne respecte pas les demandes de parfums, tend finalement la glace, la reprend, fait mine de la faire tomber …! Un spectacle qui hypnotise à coup sûr une foule de curieux.

VENTE DE GLACE A ISTANBUL

 

Ensuite, comment ne pas parler des loukoums dans un article consacré à la nourriture à Istanbul ! Douceurs d’origine turque, de nombreux magasins ont fait leur spécialité de ce bonbon collant. Nous avons été chercher les nôtres dans la boutique reconnue Ali Muhiddin Hacı Bekir. Il faut ouvrir l’œil pour trouver celle sur la grande rue Istiklal mais ça vaut le coup même si ce n’est pas donné. Le choix est cornéliens entre tous les parfums qui sont variés (le fameux goût mastic, menthe, rose, pistache, noisette…). Les loukoums s’achètent au détail ou déjà conditionnés (parfait si vous avez peur du passage de douane).

Les pâtisseries traditionnelles, les baklavas, sont aussi typiques; feuilletées à la pistache, aux noix et surtout au gras; bourratives à souhait, il faut en commander un échantillon sans présumer trop de la quantité qu’on peut en manger ! Servies avec un çay (thé turc) qui se marie parfaitement parceque bien plus diet que les tapisseries, on peut les déguster à Karaköy Güllüoğlu Mağaza (il y a d’autres boutiques ailleurs dans la ville) si on trouve une place pour s’asseoir, la boutique a du succès ! Il faut choisir et payer à la caisse et ensuite récupérer la sélection de gâteaux.

balavas-turques-patisseries

BAKLAVAS BIEN GRAS ET THÉ TURC

 

On trouve d’autres de ces pâtisseries et des loukoums sur la rue Istiklal dans la pléthore de magasins qui vendent des boîtes de ces sucreries et proposent aussi de faire sa propre sélection au poids.

BOUTIQUE DE DOUCEURS TURQUES
 

 

Sur le pouce

Il y a mille restaurants délicieux à Istanbul, mais si l’ont veut manger rapidement il y a aussi plein d’endroits où croquer un casse croûte pour pas cher. Par exemple sur Sultanahmet nous avons mangé un kepab à Antik Büfe juste après l’arrêt de tram lorsqu’on monte la rue. Il y en a d’autres au bas de cette rue mais nous sommes revenus à ce restaurant puisque la 1ère fois ils nous ont servis super rapidement et que c’était très bon et peu cher.

Dans un autre registre nous avons adoré manger du poisson grillé à côté du pont de Galata à Karaköy (rive européenne donc). Il faut passer l’arrêt de ferry et les poissonniers (où les mouettes se rassemblent) et prendre place sur les berges. Un tapis sur le béton fait office de fauteuil, un barbecue dégage une fumée odorante et un homme transporte un plateau avec des verres de thé. Dans un pain, ils nous servent un poisson frais et grillé (placé entier sur le barbecue et dont on enlève les filets sur le vif) avec des oignons, du poivron et du citron. Un vrai délice de simplicité: simple mais bien organisé ! 

GRILLADES IMPROVISÉES MAIS ORGANISÉES !

 

Pendant le ramadan, je crois qu’ils ne servent pas de poisson ou alors ça n’a lieu que le week-end mais ça vaut le coup d’être tenté ! Du pont on voit facilement s’il y a quelques barbecues qui fument.

MOUETTES A KARAKOY

Plats variés au restaurant

 

Ce qui est vraiment plaisant dans la cuisine turque c’est qu’on peut manger plusieurs fois au restaurant pour manger traditionnel et choisir des plats différents à chaque fois.

Piquant et surprenant mais aussi traditionnel sur la place de la tour Galata au Galata Kiva avec un artichaut farçi, des tomates séchées à tartiner si appétissantes mais immangeables parceque tellement épicées.

 

Grillades de moutons dans le quartier européen à Zübeyir Ocakbaşı qui a l’air d’accueillir des dîners familiaux ou d’affaire. Traditionnel encore dans un restaurant confidentiel de la rive ottomane: Erhan avec décoration orientale et accueil tellement chaleureux !

Typique et varié dans le quartier asiatique dans une rue avec plein de restaurants (Güneşli Bahçe), un ensemble de restaurants de la même enseigne qui servent chacun  leurs spécialités : Çiya. Tous les mezze (entrées/sauces à tartiner) typiques (dont un genre de tsatsiki) sont proposés dans la majorité des restaurants.

 

 

 

Enfin, pour manger ou pour boire un coup, il ne faut pas manquer de pénétrer dans un des nombreux roof-top ! Nous y avions goûté un lait salé bizarre dont sont friands les turcs au Galata Konak, entrée bien cachée dans le quartier Karaköy.

 

ROOFTOP AUX PARASOLS COLORES PRES DE LA MOSQUÉE SOULEYMANE

 

GALATA KONAK CAFE VU DEPUIS LA TOUR DE GALATA

 

Les stands d’épices des bazars sont aussi une étape culinaire immanquable, j’avais rapporté des épices à Kofte, des thyms locaux et d’autres épices orientales ! Certains magasins proposent aussi des charcuteries, pains et fromages traditionnels que vous pouvez mettre sous vide pour faire durer le voyage de retour à la maison ou faire découvrir les saveurs turques à vos proches !

 

ÉTAL D’ÉPICES DANS LE BAZAR ÉGYPTIEN & BOUTIQUE ALIMENTAIRE DANS UNE RUE ADJACENTE

 

Et pendant le ramadan ?

Voyager à Istanbul pendant le ramadan n’est pas un frein à la découverte culinaire de la ville. Hormis les poissons grillés pour lesquels je pense qu’il n’y a pas d’offre en période de ramadan, les restaurants restent ouvert. Même si la décence requiert de ne pas manger ostentatoirement devant d’autres personnes, vous n’aurez pas de problèmes; Istanbul est une ville touristique ! Des dire mêmes de notre hôte (qui avait d’ailleurs bien arrosé son anniversaire la veille !), moins de 50% des stambouliotes respectent le jeune.

 

 
Goûtez tout ! Apprenez les mots pour dire ce que vous n’aimez pas et puis lancez vous 🙂

 

Envie de voir plus de photos ? Suivez le compte instagram

 

1 Commentaire

  1. Pingback: JSPV - Blog voyage ✈Flâner (sans peur) à Istanbul

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.